ARTICLES PAR TITRES

Transpersonnel
© Samuel Guigues

Et si nos soucis plongeaient leurs racines dans des dimensions plus vastes que notre individualité ? S’ouvrir à plus grand que nous, accéder à des informations transpersonnelles pourrait alors être source de guérison.

 

Les hommes ont longtemps attribué l’origine de leurs troubles à des forces extérieures, plus vastes que l’individu. Petit à petit, la médecine, puis la psychologie ont restreint la genèse des pathologies au corps et à la psyché personnelle. L’individu est devenu l’unique lieu de bataille des perturbations à guérir. L’avantage est que cela a mis en valeur une nécessaire prise de responsabilité individuelle face à la maladie et à la guérison. Néanmoins, la vision de l’être humain a été réduite à une entité délimitée et quasi hermétique, particulièrement sur le plan psychique.

Au XXe siècle, Carl Jung avec sa « psychologie des profondeurs », puis Abraham Maslow et Stanislav Grof avec leur « psychologie transpersonnelle », ont rouvert le champ psychique en suggérant que nous sommes constamment traversés par des contenus communs et universels. En effet, l’étude des mémoires transgénérationnelles, de l’inconscient collectif, de la puissance des archétypes et autres informations transpersonnelles a signalé que nous pourrions être « agis » par des dynamiques prenant leur source ailleurs qu’en nous-mêmes, dans d’autres espaces-temps. Si, bien sûr, nous ne pouvons pas nous dédouaner de ce qui se joue en nous, la clé ouvrant nos verrous intérieurs se trouverait parfois au-delà de notre personnalité. Ainsi, nous pourrions avoir besoin de nettoyer des schémas hérités de nos aïeux, de réajuster une posture symbolique ou archétypale, de dénouer des réminiscences liées à d’autres vies, de travailler sur des relations psychiques avec les règnes de la nature ou avec des êtres invisibles. Notre individualité serait en lien avec une vaste toile vivante aux inter-connexions psychiques étonnantes !

Guérie par une plante

Céline est en pleine séance de respiration transpersonnelle. Elle se perçoit assise sur la feuille d’une plante énorme, qui se met à grandir jusqu’à l’exosphère ! Depuis son perchoir, elle voit notre planète et se sent « connectée » à l’activité psychique de tous les êtres pensants. « Je voyais la Terre entourée d’une sorte de nuage dans lequel grouillaient les pensées des humains, mais aussi celles des animaux, des plantes et du monde minéral. Elles n’avaient pas toutes la même texture ni le même rythme. C’était surprenant de voir tout comme étant vivant ! Un geyser d’amour a littéralement jailli en moi, car je voyais beaucoup de bonté et de compassion », raconte cette responsable commerciale. Par la suite, Céline se sent glisser à l’intérieur de la plante et descendre jusque dans une bulle chaude et bienveillante. Elle entend un chant et a l’impression que la plante la berce doucement. « C’était incroyablement guérissant. J’ai eu la sensation qu’une tension émotionnelle très ancienne s’était dissoute. Je voyais des scènes d’un autre temps que je ne m’explique pas. Par la suite, mes problèmes intestinaux chroniques ont disparu », souligne-t-elle, soulagée.

Mille et une entrées

« Nous voulions créer une nouvelle psychologie qui prenne en compte toutes les dimensions psychiques auxquelles un humain peut avoir accès, notamment le matériel issu des états de conscience non ordinaires. Nous nous sommes donc intéressés aux états mystiques, aux effets des techniques de méditation, aux rituels de guérison et aux rites de passage, aux initiations chamaniques et aux sessions psychédéliques et à bien d’autres approches encore », détaille Stanislav Grof, auteur de Quand l’impossible arrive. De nombreux chercheurs ont alors développé des techniques « transpersonnelles ». Elles visent toutes à modifier les paramètres biologiques et psychiques en jouant sur des stimulations énergétiques. Elles activent tour à tour le souffle, le mouvement, la voix, l’ouverture des sens et mettent l’organisme en vibration par un lâcher-prise physique. Elles peuvent utiliser le son, proposer des jeûnes ou des diètes de plantes, se servir de visualisations, ouvrir l’imaginaire et inviter à revenir incessamment à l’instant présent. Ainsi, toutes ces pratiques rendent la conscience plus perméable et offrent un accompagnement vers ce qui est normalement subconscient.

Lire la suite dans le Hors Série n°6 d'Inexploré nov 2017 - www.inrees.com

D’étranges dialogues

Ces approches auraient pour effet de stimuler notre propre capacité de régulation. « Ces processus semblent sélectionner automatiquement le matériau physique ou psychologique ayant la plus forte charge émotionnelle et se trouvant prêt à être travaillé », indiquent Bernadette Blin et Brigitte Chavas dans leur Manuel de psychothérapie transpersonnelle. Par ailleurs, les experts constatent souvent l’apparition d’une sensibilité surprenante. Il n’est pas rare que des voyageurs fassent l’expérience d’une capacité extrasensorielle telle que la télépathie, la voyance, ou qu’ils deviennent les sujets d’étranges synchronicités. Les adeptes d’approches inspirées du chamanisme ou de la médiumnité avancent aussi la possibilité de communiquer avec des intelligences extérieures : des esprits de la nature ou des entités désincarnées. Quoi qu’il en soit, l’inconscient et ses connexions transpersonnelles semblent permettre un nettoyage des mémoires enkystées et un accès à des ressources fertiles. Des messages, des visions, des rêves révélateurs et des signes pertinents peuvent apparaître. Carl Jung et avant lui Rudolf Otto par- laient même de la récurrence d’expériences « numineuses ». Elles désignent la sensation d’être face à une présence sacrée et bienveillante qui semble indiquer, par des signes porteurs d’une qualité vibratoire particulière, l’option la plus pertinente à suivre. Quelle serait la nature de cette intelligence ? Libre à chacun de l’interpréter. Les approches transpersonnelles sont areligieuses, bien que souvent qualifiées de « technologies sacrées ».

La voie du souffle

La respiration holotropique, maintenant appelée respiration transpersonnelle en Europe, a été inventée par Stanislav et Christina Grof aux États-Unis dans les années1970. Cette technique phare de la psychologie transpersonnelle est plutôt pratiquée en groupe résidentiel ou en séance individuelle. Le cœur du travail est un voyage déclenché par une amplification et une accélération de la respiration. Le souffle, conçu comme un pont entre le corps et l’esprit par d’innombrables traditions, est un moyen efficace d’élargissement de la conscience. Ce processus se fait également en musique. « On pourrait même parler de musicothérapie tant l’impact de la séquence musicale sur l’expérience est fort », notent Bernadette Blin et Brigitte Chavas, formatrices. Les participants plongent dans une aventure vers les dimensions qui se présentent à eux. Les témoignages font état d’une incroyable diversité d’expériences. Dans le domaine de la respiration thérapeutique, il existe d’autres approches telles que le Rebirth de Leonard Orr, la Transformational Breath de Judith Kravitz, la Breath Mastery de Dan Brulé. Sans compter les multiples pratiques traditionnelles, notamment yogiques et taoïstes, dont ces méthodes se sont inspirées.

La porte du son

Robert Monroe, ingénieur du son et homme d’affaires, crée en 1956 un département de recherche pour étudier les effets des sons sur l’organisme humain. Une nuit, il fait une expérience de sortie du corps qui lui laisse entrevoir que le son peut provoquer des élargissements de conscience. Il fonde l’institut et la méthode Monroe. Cette dernière consiste à envoyer un son dans une oreille et un autre son dans l’autre oreille. En réponse, pour synchroniser ses deux hémisphères, le cerveau émet une fréquence spécifique qui correspond à un état de conscience particulier. « Le travail de Robert Monroe a permis d’étalonner différents niveaux de conscience afin d’établir une cartographie qui part de la conscience ordinaire et va vers des niveaux de conscience très élevés », signale Dominique Lussan, présidente fondatrice de Harmonic Vision et formatrice sur la méthode Monroe. Ainsi, sa technique Hemi-Sync offre la possibilité de voyager avec 49 « focus », ou niveaux de conscience. À partir du focus 15, nous serions au-delà du temps, aux focus 24 et 25, nous aurions des perceptions de l’inconscient collectif ou des archétypes.

Régressions karmiques

Par des techniques de relaxation, d’hypnose et de régression spécifiques, les méthodes de régression karmique cherchent à guider les voyageurs vers des souvenirs de vies passées. « Parmi les phénomènes les plus intéressants auxquels j’ai été confronté dans mes recherches sur les états de conscience non ordinaires figurent, sans aucun doute, les expériences de vies antérieures », indique Stanislav Grof, qui remarque leur récurrence « extraordinaire ». Il serait possible de visualiser des scènes de nos passés lointains, parfois à l’origine de nos pathologies actuelles. Le Dr Brian Weiss, ancien chef d’un service psychiatrique à Miami, a constaté, lors de ses milliers de séances en régression karmique, que le matériau karmique se présente de deux façons. De manière chronologique : la personne visite une vie, elle peut voir sa propre mort, faire l’expérience de l’entre-deux-vies et se réincarner dans une nouvelle vie. De manière agglomérée : des souvenirs provenant de différentes vies se mélangent parce qu’une même problématique s’est répétée. « J’ai constaté que 40% de mes patients avaient besoin d’aller fouiller dans leurs vies passées pour résoudre leurs problèmes cliniques actuels », signale le psychiatre. Des thérapeutes, tel Michael Newton, ont par ailleurs développé des techniques spécifiques pour visiter l’entre-deux-vies, cet espace où l’âme flotterait avant de se réincarner. En Europe, le Tasso Institute, fondé par Hans Ten Dam et Marion Boon aux Pays-Bas, forme des praticiens à la régression vers les vies antérieures.

EN BREF...

Je suis auteure et journaliste, titulaire d'un Master de philosophie (DEA), de diplomes de psycho-praticienne et d'homéopathe. Mon regard porte sur les nouvelles tendances dans les domaines de la médecine et des thérapies, des sciences du vivant et de la spiritualité.  En savoir plus...

J'oeuvre pour la promotion d'un savoir respectueux de l'intelligence du vivant, de la réalité d'une symbiose entre l'homme et son environnement et de la profonde capacité de l'humanité à évoluer

Email:
Suject:
Message: