ACCEDER AUX ARTICLES



Laurent Garnier

Depuis 25 ans, il fait danser la planète. Le DJ français revient pour Inexploré sur ses sources d’inspiration ainsi que sur certaines de ses expériences très singulières...

 

Bio express

DJ, compositeur et producteur de musique électronique de renommée internationale, souvent assimilé au mouvement de la French touch, Laurent Garnier publie en 2003 électrochoc, un récit de son parcours de pionnier. En 2010, il réalise le premier concert de musique électronique à la salle Pleyel à Paris et compose la musique du ballet Suivront mille ans de calme, créé par Angelin Preljocaj et les danseurs du théâtre du Bolchoï.

 

Vous amenez les gens à une sorte de transe par la musique, ne pourrait- on pas dire que vous êtes un genre de chamane moderne?

Ce que je cherche en tant que DJ, c’est d’arriver à ce que le public s’abandonne et parte en voyage. Mon travail consiste à lire l’ambiance afin de saisir les moments qui font passer à des crans supérieurs. Et il arrive que toute la salle bascule dans une sorte de transe collective. Je pense qu’en soirée, une sorte de lien télépathique s’installe entre les gens, comme s’ils devenaient des éponges capables de sentir les ondes ambiantes et ce que je mets dans la musique. Pourquoi tout le monde réagit au même instant quand je passe un disque ? 90 % de mes morceaux n’ont jamais été entendus, pourtant le public se retourne et hurle à l’unisson. On ne peut pas l’expliquer en disant que c’est provoqué par un signal sonore qui aurait déclenché la même réaction à la même seconde chez tout le monde. Ce n’est pas quelque chose de rationnel. Mon métier est de favoriser ces moments-là. La musique peut nous emmener très loin spirituellement.

 

Cela vous est-il déjà arrivé d’avoir des prémonitions ?

Un jour où on était à table en terrasse avec mes parents, j’ai entenduune moto démarrer au feu rouge à 300 mètres de là. La maison était devant une nationale. Je me suis levé et j’ai dit « Il va y avoir un accident. » 5 secondes plus tard, l’homme en moto s’est scratché juste devant chez nous. Je devais avoir 13 ou 14 ans... ça a été très distinct : le son de la moto qui démarrait, moi qui me suis levé de table, l’accident. Ce genre de prémonition m’est arrivé un certain nombre de fois.

 

Vous avez un morceau intitulé “Astral Dream” (rêve astral). Avez-vous déjà vécu des expériences hors du commun ?

Il m’est souvent arrivé la nuit de me regarder d’en haut en me disant : « Tiens, qu’est-ce que je fais là ? ». Je fais très bien la différence entre le rêve et cet état-là. Je sais que je ne dors pas et que je suis très conscient. C’est très étonnant. Généralement, je ne vais pas très loin, je reste dans l’environnement proche de mon lit. En revanche, je peux passer à travers la matière, sentir la froideur d’un mur par exemple. Le problème, c’est que je prends peur assez rapidement parce qu’il y a beaucoup de sons intrigants. C’est surprenant pour un compositeur. Mais ces expériences ont fait que je me suis beaucoup intéressé aux voyages astraux, entre autres sujets « hors du commun ».

EN BREF...

Je suis auteure journaliste, masteurante en philosophie, titulaire de diplomes de psychothérapeute et d'homéopathe. Mon regard se porte plus particulièrement sur les nouvelles tendances dans les domaines de la médecine et des sciences du vivant, des thérapies et du développement personnel. Lire la suite...

J'oeuvre pour la promotion d'un savoir respectueux de l'intelligence du vivant, de la réalité d'une symbiose entre l'homme et son environnement et de la profonde capacité de l'humanité à évoluer

NEWSLETTER

Email:
Suject:
Message: