ACCEDER AUX ARTICLES



Les animaux semblent avoir fréquemment recours à des capacités psi. Et si ces contacts extrasensoriels participaient d’un mode premier de communication dans la nature ?

 

Le téléphone sonne. Avant même de décrocher, la maitresse de maison sait que c’est son mari qui appelle. « Whiskins, le chat gris tigré du foyer, fonce sur le combiné et le tripote avec sa patte », rapporte Rupert Shedrake, Docteur en science naturelles, dans Les pouvoirs inexpliqués des animaux. Si c’est quelqu’un d’autre qui appelle ? Le chat ne bouge pas. Suzie, une femelle perroquet s’agite et cri « Weeril ! » lorsqu’elle sent que son maitre Cyril arrive. Pourtant, ce dernier ne rentre jamais à heure fixe. Au cours de 5 ans de recherche auprès de plusieurs milliers de propriétaires, vétérinaires et autre professionnels du monde animal, Rupert Sheldrake a collecté des centaines de ces histoires et élaboré des protocoles afin d’étudier les capacités paranormales de nos amis les bêtes. Il a par exemple, réalisé et analysé 1200 enregistrements vidéo d’un chien, Jaytee, en train d’attendre chez lui, et de sa maitresse, Pam, voyageant en taxi. Statistiques à l’appui, « Jaytee se postait bien plus souvent devant la fenêtre lorsque Pam était sur le chemin du retour que le reste du temps », rapporte le chercheur.

 

Une sensibilité extrême

Sensibles aux micro-signaux de l’environnement, les animaux qui le peuvent, fuient avant les tsunamis. Les chiens ou chats qui préviennent leurs maitres d’une crise d’épilepsie ou de diabète, révèlent une capacité à ressentir d’infimes variations physiologiques. Certains somatiseraient même en écho avec l’état de leurs proches. Jenko, un chien « a blanchi lorsque sa maitresse a fait une dépression, alors qu’il était jeune et en parfait santé », rapporte Marie-Louise Vidal de Fonseca dans Communication subtile avec les animaux. Nos amis les bêtes semblent même capables de nous soulager. Véronique Aïache, auteur de La Ronronthérapie, avance que nos petits félins peuvent réguler notre stress et booster nos défenses immunitaires. Plus de 2000 programmes de recherches aux Etats-Unis attestent du bienfait qu’apportent les animaux dans les hôpitaux, maisons de retraite et prisons.

Lire la suite dans Inexploré n°33 - www.inrees.com

Au-delà des sens

Les recherches du Dr Sheldrake nous emmènent plus loin. Selon lui, les animaux sont sujets à des phénomènes extrasensoriels. En 1982, la guerre des Malouines sépare un maitre de son chien de plus de 10 000 km. Un soir, le terrier resté chez les parents du soldat se met à trembler fortement. A 21h, le journal télévisé annonce qu’un bâtiment britannique vient d’être coulé. Du fait du comportement du chien, les parents craignent qu’il s’agisse du bateau de leur fils. Le lendemain, un appel confirme la triste nouvelle. Télépathie ? Des animaux auraient également changé de comportement des jours ou des heures avant le décès de leur maitre. Le célèbre chat Oscar qui vivait dans l’unité hospitalière de Rhodes Island aux Etats-Unis avait la particularité d’aller se blottir auprès des patients pendant leurs derniers instants, Il a ainsi « accompagné » le départ de plus de 25 résidents. Précognition ?

Par ailleurs, alors qu’ils s’étaient perdus lors de voyages ou de déménagements, des animaux ont retrouvé leur maison en parcourant parfois des milliers de kilomètres. Comment comprendre ce mystérieux sens de l’orientation ? Certains ont également rejoint leurs maitres dans des endroits qui leur étaient inconnus. En 1582, un ambassadeur quitte St Gall en Suisse. Trois semaines plus tard, son chien le retrouve à Paris, à la cour d’Henri III. De plus, ceux qui pratiquent la communication animale affirment que des messages psychiques nous seraient adressés par des animaux. Laïla del Monte, auteure de Communiquer avec les animaux, a été capable lors de protocoles filmés, de rapporter des détails vérifiables sur des propriétaires  e chevaux… en communiquant avec ces derniers.

Tous connectés ?

Rupert Sheldrake a mis en avant l’existence de champs morphogénétiques : des matrices informationnelles, invisibles, auxquelles chaque unité vivante seraient connectées. Chaque groupe ou famille aurait son propre champ, connecté à celui de son espèce, de son règne et enfin au vivant dans son ensemble. « Ces champs sont la base d’interconnexions dans l’espace comme dans le temps. Toute une série de pouvoirs inexpliqués chez les animaux s’éclairent sitôt que l’on fait appel à eux », écrit-il. Certains éthologues suggèrent de leur côté, que ces connexions psychiques encore mal comprises, représenteraient un mode de communication premier et prédominant dans la nature. « Cette faculté d’échange sensoriel s’est dégradée au fil du temps pour l’homme, avec le progrès et la modernité », complète Marie-Louise Vidal de Fonseca. Il ne tiendrait qu’à nous de les développer.

EN BREF...

Je suis auteure journaliste, masteurante en philosophie, titulaire de diplomes de psychothérapeute et d'homéopathe. Mon regard se porte plus particulièrement sur les nouvelles tendances dans les domaines de la médecine et des sciences du vivant, des thérapies et du développement personnel. Lire la suite...

J'oeuvre pour la promotion d'un savoir respectueux de l'intelligence du vivant, de la réalité d'une symbiose entre l'homme et son environnement et de la profonde capacité de l'humanité à évoluer

NEWSLETTER

Email:
Suject:
Message: